L’énigmatique Baptême du Feu de Serge Lutens

L’énigmatique Baptême du Feu de Serge Lutens

Me revoilà aujourd’hui pour tenter de vous présenter un bien énigmatique parfum : Baptême du Feu de Serge Lutens.

Un parfum tout en contraste que je vais vous présenter de façon un peu différente car avec Baptême du Feu, il y a les premières émotions mais aussi la façon dont elles sont provoquées ! Bien loin d’être un simple parfum, celui-ci est un bouleversement émotionnel qui ne vous laisse pas indifférent et poussera les initiés à le comprendre !

La « force sombre » de ce parfum seront mises en italiques !

 

Le contradictoire Baptême du Feu

 

Baptême du Feu

 

Ayant été très satisfaite et adoré Fleurs de Citronnier, je continue l’exploration des parfums Serge Lutens avec leur toute dernière création que je trouve admirable !

Baptême du Feu est un parfum de peau, mixte d’ailleurs, mais qui se porte comme un parfum chic, à porter pour des occasions spéciales ou juste pour un moment de partage à la maison avec des amis autour d’une tasse de thé fumant ! (la violence de ce parfum me fait-elle penser qu’il est temps d’arrêter les conflits et renouer avec ce qui nous rend heureux : le partage ?)

Un parfum doté d’un univers riche, qui est quasiment indescriptible mais très évocateur ! (il est aussi joyeux qu’il peut être terrifiant, avec une pointe d’acier glaciale qui aurait la volonté de vous transpercer).

Il peut évoquer différentes émotions, différentes sensations et univers olfactifs !

Pour moi, c’est la paille, mais pas que, il me rappelle les odeurs de l’atelier de peinture sur soie de ma maman. C’est une odeur d’artiste, qui loin d’apaiser l’esprit, lui fait du bien, un coup de fouet, une ivresse, une sensation de bienveillance, de chaleur et de bonheur : les odeurs indispensables ! (et pourtant la paille, c’est aussi l’évocation de bûchers, de corps qui brûlent, de sang qui coule…).

Cette eau de parfum en réalité, est la sensation de senteurs que l’on retrouve dans une kermesse ! Si je fouille dans mes souvenirs de petite fille, je peux facilement me rappeler les miennes, au coeur d’une belle campagne bourguignonne, il y avait effectivement de la paille par terre, qui délimitait les stands, notamment présente pour la célèbre attraction de la canne à pêche ! (et pourquoi, j’ai aussi cette impression que la tristesse est présente, comme si finalement j’étais seule dans cette kermesse…).

Par-contre, pour le reste des notes, c’est encore très énigmatique pour moi, cela me rappelle beaucoup de sensations mais pour les décrire, c’est là aussi tout un roman ! (beaucoup de contradictions…).

Baptême du Feu

Je peux penser que dans ce parfum, on y a ajouté une bonne dose de bonne humeur, de joies simples et vitales, une odeur de vie, de pulsations, de sang, de coeur… une odeur de partage, un moment de grâce que seuls les petits bonheurs de la vie sont capable de vous apporter comme l’odeur de la paille. Il y a des fous rires d’enfant, et de la vie, beaucoup de vie ! (mais il y a aussi cette sensation que rien ne dure, les souvenirs se dissipent, avec une odeur tenace et cruelle, qui fait mal !).

Même si au début, il peut paraître vraiment fort et déroutant, il apporte toujours sa dose de réconfort et de bien-être au contact de la peau ! (mais aussi une sensation d’inconfort qui va et vient).

On y parle aussi de poussière, stands de tir, de pains d’épices… mais tout n’est qu’une question d’atmosphère, l’ambiance que vous ressentirez s’assimilera avec votre propre vécu, vous souvenirs à vous !

En tous les cas, moi il me plaît ce Baptême du Feu, bien loin de ce que je porte habituellement, du monde de la parfumerie actuelle, des tendances sucrées… Serge Lutens est unique !

Celui-ci me plaît d’autant plus qu’il a été réalisé en collaboration avec le parfumeur Christopher Sheldrake avec qui il a déjà travaillé sur le sublime Féminité du Bois que j’avais adoré !

Malgré sa facette sombre de son jus rouge sang, Baptême du Feu, reste, à mon sens, une eau de parfum voulue comme une ôde à la vie, aux senteurs initiales, celles qui vont faire de nous ce que nous sommes maintenant. Pour moi, la paille, les notes animales, de cuir, la note subtile de mandarine et les autres que je ne perçois pas encore ! (ou comment renaître de ses cendres….).

Toutes ces senteurs sont liées à un souvenir que je lie volontiers à mes toutes premières kermesses mais pas que !

Comme je vous le disais plus haut, en règle générale, ce parfum m’évoque les effluves chargées que renfermaient précieusement l’atelier de peinture sur soie de mon enfance, des odeurs d’artistes, que je ne pourrais précisément définir !

La paille car j’ai vécu longtemps en plein coeur de la campagne, à ramasser l’herbe sèche et l’utiliser pour faire de grands feux.

Les notes animales, de cuir, de sang, de vie car je suis une personne très attachée à la terre !

Et enfin, les douces notes sucrées et de mandarine, qui me rappelle mille et uns souvenirs de famille, quasiment, les moments de partages pendant les fêtes de fin d’année avec le feu de cheminée, les épluchures de ce fruits que l’on aimait faire brûler une fois bien sèches…

 

Une expérience unique, celle de Baptême du Feu

 

Baptême du Feu

 

A vous de vivre l’expérience Baptême du Feu qui réveillera en vous les plus beaux souvenirs mais aussi des sensations étranges que vous aurez bien du mal à définir, j’ai du beaucoup me documenter avant de percevoir la dualité et pourquoi ce parfum provoquait en moi du bien-être comme de l’inconfort !

Pourquoi l’avoir appelé Baptême ? Moi, j’imagine que cela a un rapport avec nos souvenirs sensoriels initiaux, les premières fois que l’on a perçu cette sensation de bien-être, cette sensation de vie au contact d’odeurs familières qui existent depuis des millénaires : la paille, le feu, le cuir, le sang… des odeurs quasiment vitales vous ne pensez pas ? (mais cette aussi cette affreuse image de guerre, et comment nous sommes quotidiennement confrontés de près ou loin à la guerre et à la violence qui passe souvent par le feu…).

Je pense qu’il me correspond beaucoup avec ma propre dualité où je suis souvent aussi joie que tristesse et que je mène moi aussi ma propre guerre où odeurs de paille et de mandarine règnent en maîtres nostalgiques !

J’ai oublié de vous préciser que la tenue, sur moi, est parfaite !

Notes de tête : Mandarine

Note de coeur : Pain d’ épices, Gingembre, osmanthus, notes poudrées

Notes de fond : Bois, castoreum

 

Baptême du Feu



1 thought on “L’énigmatique Baptême du Feu de Serge Lutens”

Laisser un commentaire